dimanche, mai 27, 2007

OpenOffice.org: bilan d'une migration


est l'outil de tous maintenant !


... dans tous les services, pour environ 600 personnes. (600? 700? on tient moins à jour le compte des utilisateurs quant on ne gère plus les licences !) Seuls une vingtaine de personnes possèdent encore Office97 sur leur portable. Et 90% des utilisateurs sont sous Linux.

Les plus:

- Tout le monde a le même outil dans l'entreprise, même si nous utilisons des systèmes d'exploitation différents: Linux, Windows 2000, Windows XP. Nous voici donc libres de nos choix technologiques pour le poste utilisateur.

- Pour la plupart des utilisateurs, ca ne change pas grand chose. Après une perte d'efficacité au début, au bout de quelques semaines il y a peu de questions soumise au service informatique. Les utilisateurs les plus réfractaires au changement sont évidement plus lourds à gérer. L'intérêt de la migration poste à poste que nous avons fait étale ce problème sur la durée.

- Pour le service info: On ne gère plus les licences ! Les licences OEM attachées aux postes, les migrations depuis des versions antérieures d'office 97, les quelques versions d'office 2000 que nous n'avions pas pu déployer (difficile sur TSE de faire cohabiter les versions !), les utilisateurs laissés pour compte qui finissent par venir avec leur micro perso+leur version d'office piratée...

- On avait un peu peur pour les fonctions avancées: la génération d'étiquettes, le mailing. Finalement c'est très facile et les utilisateurs arrivent à se débrouiller tout seuls.

- La migration met en relief que les utilisateurs même avancés, n'utilisaient pas les styles dans Office, ni même les modèles de documents... Le F11 pour changer les styles est vite expliqué et permet de faire rentrer petit à petit ce nouveau mode de fonctionnement.

- On a développé de nouvelles applications avec des macros OpenOffice facilement, le langage est facile à apprendre. Par exemple, nous avons réalisé un outil pour faire remonter des informations en masse vers notre ERP sur Iseries, beaucoup plus simple à utiliser que Client Access. Il manquait une fonction à Calc pour convertir facilement une colonne au format texte, une macro a fait l'affaire.

- Le reflexe d'envoyer aux correspondants des versions au format Word est vite pris, avec le menu Fichier/Envoyer/Envoi par email sous forme de document word/excel.

- Nous avions installé le visualiseur Microsoft Excel et Word aux personnes qui n'avaient pas Office. Et bien... OpenOffice affiche les documents avec beaucoup moins de problèmes !

- La prochaine version intègrera une version améliorée des graphiques sous calc,
et un générateur d'état avancé sous Base. (Il semble que tout soit Ok pour la 2.3)
Donc en septembre 2007, quelques tests, un rpm -Uvh ooo*.rpm, et voilà ! Sous linux/Nomachine, je peux même migrer sans arrêter les utilisateurs qui ont déjà lancé Ooo...

Le nouveau moteur des graphiques :



Les moins:

- La consommation mémoire est toujours très importante. A nombre d'utilisateurs égal, on met moins d'utilisateurs openoffice sur nos serveurs linux/OpenOffice que sur nos TSE/Office (cf post précédent). Pour les portables, notre parc a été renouvelé récemment et c'est rarement un problème. De plus il y a pleins d'espoirs d'amélioration pour les versions 2.3 et au delà: Integrated_Performance_Improvements

- La longueur de chargement de certains fichiers Calc ou Excel lourds (5Mo et plus de 40000 lignes). "Adaptation de la hauteur des lignes" pendant 6 minutes sur un Bi-Xeon 3HGZ... Alors que le fichier met moins de 30 secondes à ce charger sous Excel. C'est de mieux en mieux au fil des versions, mais pour certains fichiers, même la version 2.2 n'améliore pas les choses.

- Quelques fichiers en réception de l'extérieur passent mal. Souvent: Format altéré sous Writer, présentation sous Impress avec fond manquant. Mais rien d'inutilisable.

Si les désagréments perçus sur ces trois derniers points s'atténuaient, évidement qu'il y aurait une adoption d'openoffice beaucoup plus massive dans les entreprises. Maintenant, c'est une suite mature dans les fonctionnalités par rapport à la concurrence, espérons que les développeurs mettent le paquet là-dessus pour les prochaines versions.

- L'impression sous Calc: Par défaut tout le classeur s'imprime. Il faut régler une option pour n'imprimer que l'onglet par défaut. Mais parfois rien de s'imprime et il faut aller créer une zone d'impression, cela perturbe pas mal les utilisateurs.

- Pas facile d'expliquer la notion de format de fichier à certains utilisateurs... qui confondent déjà une application et un fichier: Un fichier .doc C'EST Word !

- Une différence sur le résultat d'une formule constatée entre Excel et Calc. Il est vrai que la formule d'origine se basait sur une chose un peu tordue. Pour résumer, un SINON oublié dans un SI, et la valeur FAUX qui en résultait servait à afficher 0, un peu par chance. Corrigé très facilement.

- Quelques crash observés, mais pas beaucoup plus qu'avec Office sur les TSE en fait.

Autres observations:
- Chaque nouvelle version d'ooo apporte des améliorations appréciables. Facile de mettre à jour les clients légers, mais moins évident pour les portables distants.

- Nous n'avons formé personne à OpenOffice. Le basculement s'est effectué poste par poste, avec 1/2H à 1H d'explication (nouvel environnement linux compris). La plupart des personnes appellent 1 ou 2 fois ensuite, puis peu de questions finalement.

- Notre système d'information n'était pas basé sur Office. Pas de lien avec l'ERP, pas de GED. Cela facilite la migration.

- Pendant la migration, nous avions laissé pendant un temps Office97 et OOO en même temps sur certains profils. Nous avions associés tous les format à OpenOffice par défaut, et expliqué aux utilisateurs de n'utiliser Office qu'en secours et de nous remonter les documents qui posent problème. Peu ont joué le jeu: à la première difficulté sous OpenOffice, le réflexe d'ouvrir systématiquement avec Office97 revient, même si c'est plus compliqué (on avait enlevé les raccourcis Office du bureau et planqué le démarrage dans un coin du menu démarrer). Donc en résumé, ne pas sous estimer la faculté des utilisateurs à se compliquer la vie pour se ramener à des choses connues.

- La migration brutale est donc beaucoup plus efficace pour l'utilisateur et pour le service informatique. Au pire on reprend quelques documents importants, et on déjoue les difficultés au fil de l'eau directement avec lui.

- En revanche, nous avons bien peu aidé la communauté OpenOffice, cela dit quelques utilisateurs vont partir en formation OpenOffice, nous avons acheté des bouquins (excellent Programmation OpenOffice.org 2 : Macros OOoBasic et API chez Eyrolles), et je me rattrape un peu avec ce témoignage...

jeudi, octobre 19, 2006

Charge d'un serveur Linux Desktop

Comment se comporte un serveur linux desktop en mode multi-utilisateur ?

"Snapshot" d'un de nos serveurs en utilisation quotidienne :
42 utilisateurs actifs NX avec :
- 30 instances firefox,avec 26 instances de la machine virtuelle java, 1 acrobat reader
- 4 OpenOffice.org
- 13 Thunderbird
- 60 sessions 5250 (AS400)
- 3 sessions rdesktop vers un serveur windows

La machine : un bi-pro Xeon 3 GHZ hyperthreading, bus 800MHZ. 4 GO de mémoire. Suse 9.3 pro, Gnome.

TOP classé par consommation mémoire:


(cliquer sur l'image pour agrandir)

Charge pour un utilisateur :




Quelques observations:
- Une session linux mange plus de mémoire par utilisateur que sur nos anciens serveurs Windows TSE. C'est gnome 2.10 qui consomme pas mal de mémoire par utilisateur juste pour afficher le bureau. On espère réduire cette charge avec des versions plus récentes de gnome.

- Notre catalogue electronique tourne dans une applet java. C'est ce qui consomme le plus de mémoire sur nos serveurs. Sans ces instances java, le serveur supporterait 2 fois plus d'utilisateurs pour la même consommation mémoire.

- Openoffice arrive toujours premier en terme de charge mémoire/processus. Nous utilisons la version 2.0.2, cela devrait s'alléger avec les nouvelles versions.

- Le load de la machine peut paraître élevé: 7.18 pour 4 processeurs. Mais en fait les temps de réponse sont bons même avec un load autour de 20. Lors du lancement de OpenOffice, il arrive que la machine monte pendant quelques secondes à plus de 80 sans trop perturber le reste des applications. Tant que les CPU restent assez "idle", tout va bien.

- Les points de ralentissement arrivent lorsqu'un processus bloque un processeur à 100%. Quelques cas : une impression de gros document via cups, document qui coince Acrobat reader, quintuples clics sur l'icone d'Open office par un utilisateur énervé. (le processus soffice se charge plusieurs fois mais rien ne s'affiche, comportement observé aussi avec la version windows d'OpenOffice sur TSE)

- Nous utilisons encore la version 1 de Firefox car la version 1.5 est plus gourmande en mémoire par défaut. Il faudrait paramétrer finement pour avoir un comportement mémoire statisfaisant.

jeudi, octobre 05, 2006

Vieux terminaux, nouvelles applications

La mise en route du desktop Linux, et donc de l'accès pour tous à un navigateur évolué, nous a permis de donner aux utilisateurs de nouveaux outils.
Car notre vieux parc de clients légers disposait :
- De Netscape 4: je vous laisse imaginer ce qu'on peut afficher avec...
- Du client Citrix/RDP, mais pas de licence pour tout le monde...
Comment fait-on pour donner à tous une application web actuelle, même gratuite ?
Eliminons la solution classique tout de suite: impossible de changer et maintenir un parc de plus de 500 PC pour notre service info. Nous utilisons des clients légers depuis l'abandon des terminaux 5250.
Pour avoir un navigateur récent, il faut d'abord un OS capable de le lancer... ce qui n'était pas le cas de nos stations.
Pour leur donner une nouvelle jeunesse, l'installation du client Nomachine/X a suffit pour se retrouver avec un Firefox à jour et identique partout. Et l'environnement est le même, avec 3 marques de terminaux différents.
Nous voici donc décoincés pour le déploiement des applications web !
Et deux outils Opensource et gratuits déployés à tout le monde:
- OpenReports. Outil de reporting, permet de mixer des états SQL simples ou avancés (JasperReports). C'est simple, c'est rapide, et un queryreport est très facile à construire. Intégrable à notre LDAP avec quelques efforts.
- GRR : Pour gérer les réservations de ressources. Ca ne fait que ça et ça le fait bien. (le must: interfaçable avec LDAP en 3 secondes)


--
Note sur nos nouveaux clients légers:
Pour firefox en local avec une station pas chère, on utilise la Wyse S50. Allez, coup de griffe pour la pub de Wyse: Sur la version linux il est indiqué "navigateur basique intégré", il s'agit de Firefox. La version Windows/IE profite de la mention "navigateur complet"...

dimanche, octobre 01, 2006

2006, l'année du bureau Linux pour notre entreprise

Notre migration Linux est presque terminée,et 550 collaborateurs du groupe utilisent le bureau Linux quotidiennement !
Les applications utilisées dans l'ordre d'importance:
- Le bureau Gnome 2.10
- L'émulateur 5250 IBM pour l'accès à notre ERP sur Iseries/AS400
- Le navigateur Firefox , le Java Plugin, Acrobat Reader pour l'accès à nos catalogues électroniques et notre intranet.
- Mozilla Thunderbird pour la messagerie IMAP, Sunbird sur quelques postes.
- OpenOffice.org 2
- Rdesktop pour l'accès à quelques applications CDROM fournisseurs

Nous avons plus d'une centaine de points de vente, reliés au siège par des liaisons SDSL 512. Tous les serveurs sont centralisés au siège. Les postes clients sont tous des clients légers de différentes époques: Networkstation IBM 2200, Neoware EON4000, Wyse 5150SE.
Seul le client Nomachine NX 1.4 est installé sur ces postes. Il permet d'utiliser le protocole X compressé pour se connecter à 10 serveurs Suse Linux 9.3 pour l'environnement bureautique. Les 6 serveurs d'infrastructure sont des Suse Linux SLES9 (Serveurs de fichiers, OpenLDAP, Samba, Serveurs Web, Supervision Nagios), ainsi qu'un serveur Windows TSE pour les applications CDROM fournisseurs. (Les 150 accès TSE que nous avions acquis il y a quelques années nous suffisent)


Les bénéfices sont nombreux par rapport à notre précédente architecture orientée RDP/TSE: Les coûts ont baissé de façon très significative tant en maintenance qu'en licence, l'administration de plus de 550 postes bureautiques ne prend pas plus de temps que les 160 postes que nous avions avant (Seuls 160 postes avaient la bureautique, les autres n'avaient que l'émulateur 5250 IBM)

- Actuellement, un nouvel utilisateur ne coûte plus rien en licence logicielle: Toutes les licences sont par serveur et non par utilisateur. Au niveau du matériel, un client léger supplémentaire revient à moins de 400 €, écran et garantie 3 ans compris. Grâce à quelques scripts, le temps de configuration d'un nouveau profil utilisateur est de moins de 30 secondes pour le bureau standard Linux, le compte LDAP, et le compte messagerie. La configuration du client léger est aussi très rapide: adresse IP et installation du client Nomachine.

- Plus de différences entre les environnements, tout le monde a le droit à la messagerie, à Internet, aux outils bureautiques. Auparavant, seule une station par magasin possédait ces outils.

- Les mises à jour sont très rapides. Exemple: le passage de OpenOffice 2.0 à 2.0.2 pour l'ensemble des utilisateurs s'est fait en 5 minutes pendant le temps de midi (30 secondes d'installation de RPM pour chacun de nos 10 serveurs...)

- Nous avons aussi 70 PC portables sous Windows, grâce à Thunderbird cross-plateforme, tout le monde utilise le même outil de messagerie. Idem pour Firefox.

EDIT: Je ne suis pas encore autorisé à divulguer le nom de l'entreprise.